• Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
En voir plus

CHOPlN - SCRlABlNE

Frédéric CHOPIN - Sonate n°2 en sib mineur op.35

Fantaisie en fa mineur op.49

Alexandre SCRIABINE- Sonate n°4 en fa# Majeur op.30 / Deux Poèmes op,63 / Deux Poèmes op,69 / Deux Poèmes op,71 : Vers la flamme, Poème op.72

Romain David, piano

 

2008, Loreley

DISCOGRAPHIE SYNTONIA

"Dans son premier disque en soliste, le jeune musicien séduit d’abord par une sonorité pleine et ronde : cela vaut notamment de superbes moments dans les pages legato, comme le trio de la marche funèbre. Romain David convainc aussi par la pertinence de ses phrasés : son jeu mêle une grande fermeté (les élans du scherzo) à une certaine forme de légèreté, sa sensibilité à fleur de peau n’est jamais nerveuse. Il construit les contrastes dynamiques avec assurance, offrant ainsi de longs crescendos remarquablement dosés (Marche funèbre, Vers la Flamme). Les jeux de sonorité sont pareillement maîtrisés, contribuant à l’ambiance mystérieuse et mouvante de certaines pages de Scriabine (Andante de la sonate n°4 par exemple). Un premier disque, vif et gracieux à la fois.  - Diapason, avril 2008

"Maintes fois enregistrés, ces opus de Chopin et de Scriabine exposent tout jeune pianiste à la comparaison avec de célèbres devanciers. Rude défi que Romain David relève avec talent. Un interprète, pas un broyeur d’ivoire : par-delà les moyens techniques, il manifeste une intelligence et une cohérence musicales étonnantes. Fiévreuse, sa Sonate funèbre sait cultiver un drame sans pathos dans une conception très homogène, tandis que la Fantaisie possède toute la veine narrative requise. Romain David est de ces musiciens qui savent vous raconter des histoires et on le suit avec bonheur dans des Scriabine à marquer d’une pierre blanche. Beaucoup de jeunes pianistes jouent cet auteur, très peu parviennent à en saisir l’esprit. De l’envol vers l’étoile de la Sonate n°4, à l’embrasement du poème Vers la flamme, l’artiste montre une étonnante capacité à apprivoiser les mystères et à assumer les dangers d’une musique singulière."  - À Nous Paris, février 2008